Accessibility

Font size

Filters

Highlight

Colour

Zoom

Le Couvent – La Dame en gris

Avec autant d’histoire militaire, il n’est pas étonnant que Gibraltar abrite de nombreuses histoires fantasmagoriques et de fantômes connus.

Dirigez-vous vers le couvent qui se trouve au bout de Main Street pour observer le changement quotidien des gardes. Le couvent est la résidence depuis 1728 du gouverneur, avant cela, c’était une maison monastique franciscaine du XVIe siècle. C’est ici qu’une dame connue comme « La Dame en gris » (Lady in grey) errerait.

Une jeune fille espagnole, Alitea, est tombée amoureuse d’un homme, Silvano, amour que la famille de la jeune fille désapprouvait. Bien qu’elle ait été interdite de le voir, elle a continué à lui courir après et son frère a donc été obligé de l’amener à Gibraltar et de la placer dans un couvent de sœurs.

Silvano n’a pas voulu se séparer d’elle et l’a donc cherchée visité déguisé en moine franciscain. Il a ensuite pu visiter le couvent une fois par semaine pour se confesser, où il pouvait voir la femme qu’il aimait. Ils ont comploté ensemble leur fuite, mais leur complot a été découvert et Silvano est mort pendant la fuite. Selon la rumeur, il aurait essayé d’atteindre un bateau qui aurait été leur moyen de sortie. Quant à Alitea, elle a été condamnée à mort et enterrée vivante derrière un mur dans la chapelle.

Les histoires d’une femme fantôme ont commencé à surgir à la fin des années 1700, elle apparaissait vêtue de l’habit gris d’une sœur que l’on croyait être, au fil du temps, Alitea.

Tunnels de Gibraltar

Les fantômes des soldats qui sont morts en défendant Gibraltar restent largement inconnus et oubliés dans le vaste labyrinthe de prés de 55 kilomètres de tunnels construits au cours des deux derniers siècles et demi. Beaucoup d’hommes sont morts au cours de l’excavation de ces vaillants tunnels, d’abord à la fin des années 1700 puis lorsqu’ils ont été prolongés pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les soldats qui utilisaient les tunnels dans les temps modernes auraient entendu siffler, creuser et chanter. La plus longue section du tunnel, connue sous le nom de Grande Route du Nord (Great North Road), et qui s’étend sur près de 2,5 km de long du Rocher, a fait l’objet de nombreux signalements.

Le creusement des tunnels à des fins militaires a une longue histoire à Gibraltar. Les tunnels du Grand Siège ont été creusés dans le rocher pendant le siège de 1779-1773. Cependant, la plupart des travaux ont été entrepris pendant la Seconde Guerre mondiale et c’est au cours de cette période de l’histoire des tunnels que des dizaines de soldats sont morts. Peter Jackson, un adjudant à la retraite, a raconté qu’il avait amené une fois la fille d’un soldat, le Lieutenant-caporal Lawrence Bolton, déposer des fleurs là où il était mort lors d’un accident survenu dans un tunnel. Lorsque l’Adjudant Jackson est revenu sur les lieux quelques jours plus tard, il a senti qu’il était tiré par la chemise par derrière puis il a été brusquement poussé en arrière par une force invisible. En sortant du tunnel, il affirme qu’une femme, qu’il n’avait jamais vu, lui a dit qu’il avait été suivi par le fantôme du Lieutenant-caporal Bolton.

D'autres phénomènes observés près de l'entrée des tunnels ont également été signalés, comme celui d'un militaire et de son chien qui erreraient dans la roche, à Fosse Way, un tunnel de la Seconde Guerre mondiale. D'autres phénomènes ont été revendiqués à l'extérieur de l'entrée des tunnels de la Défense Nord, où le son de deux violons aurait également été entendu.

Musée de Gibraltar

Le musée de Gibraltar qui se trouve à Bomb House Lane est une attraction clé sur le Rocher. Le site, une maison de bains maures du XIVe siècle, fait partie de l’exposition.

Au XIXe siècle, avant l’existence d’un musée, il était difficile de conserver d’importantes découvertes locales. C’est pour cette raison que le premier crâne néandertalien adulte connu, découvert à Forbes Quarry en 1848, fut envoyé au Musée d’Histoire Naturelle de Londres. Le musée actuel a été créé par le Gouverneur de Gibraltar de l'époque en 1930 dans un bâtiment connu sous le nom de « Ordinance House » qui abritait également quelques salles des thermes de l’époque maure. Le bâtiment avait été auparavant utilisé comme étable semi-enterrée. Au fil des années, les lieux ont révélé de nombreux moments historiques allant de l'époque des Maures au Grand Siège des années 1700. Une figure fantomatique d'un homme qui est mort il y a de nombreuses années et que l'on croit être un ancien directeur du musée a été vue par les employés et des visiteurs du musée.

Ancien Hôpital Saint-Bernard

L’ancien site de l’ancien hôpital Saint-Bernard était considéré par les patients, les visiteurs et le personnel comme étant hanté. L’hôpital, notamment la maternité, abrite depuis longtemps, selon des rumeurs, de nombreux fantômes angoissés. Le personnel de l’hôpital et les patients font souvent référence à des phénomènes visuels. Des histoires de bruits inexpliqués à l’étage inférieur ainsi que celles d’objets se déplaçant étaient courantes. Avant d’être utilisé comme hôpital civil, c’était un hôpital militaire et avant cela, une caserne militaire. Il est donc fort probable que ce soit le lieu de repos des hommes et femmes qui ont perdu la vie dans de terribles circonstances.

Ces dernières années, plus de 200 squelettes ont été retrouvés enterrés sous le site de l’ancien hôpital. Ils sont probablement les victimes d’un siège du XVIIIe siècle. Une équipe scientifique a découvert que la fosse commune, déterrée en 2014, contenait surtout des jeunes hommes enterrés à la va-vite.

Il est également possible qu’ils soient morts des suites de l’une des épidémies qui ont suivi les sièges, tandis que certaines dépouilles remontent du XVIe siècle.

Au XVIIIe siècle, le site de l’hôpital était utilisé par l’armée britannique, ce qui correspond à la théorie selon laquelle il s’agirait d’un cimetière militaire.

Bien que l’hôpital soit maintenant fermé, les visiteurs de la zone peuvent sentir une atmosphère glaçante.