Accessibility

Font size

Filters

Highlight

Colour

Zoom

Ville sous le Siège (City Under Siege)


Bien qu’il soit vrai que pendant la première partie de l’occupation britannique de Gibraltar, la plupart de la population était membre des Forces Armées, notamment de l’Armée, la population civile a également contribué à la guerre et a joué un rôle important dans la vie de la Garnison. Les bâtiments où se trouvent l’exposition sont probablement parmi les premiers bâtiments qui furent construits par les britanniques à Gibraltar, datant des débuts du XVIIIème siècle. À l’origine, on pensait qu’ils étaient construits en guise d’arsenal pour stocker les munitions et que, le bâtiment dans la cour, dont une partie est encore visible de nos jours, servait de laboratoire pour préparer les munitions. Cet endroit est connu sous le nom d’Arsenal de Willis (Willis’s Magazine), bien qu’il n’y ait aucune trace de qui était Willis et pourquoi on lui a donné ce nom.

L’aspect le plus important du bâtiment est sans aucun doute les graffiti se trouvant sur les murs. Le plus ancien date de 1726. Il semblerait que les soldats qui montaient la garde dans la zone passaient leur temps à dessiner des graffiti pour ne pas s’endormir pendant les longues heures de service, une infraction passible à cette époque de la peine de mort. Il y a beaucoup de graffiti, tous intéressants, mais deux se démarquent. Il s’agit d’un dessin d’un galion et d’un graffiti attribué au Sergent Major Ince, l’architecte des Tunnels du Grand Siège (Great Siege Tunnels). Le visiteur peut également voir en ce lieu les citernes d’eau utilisées ainsi que le système de drainage de l’époque.

Les différentes expositions de ce lieu rempli de valeur historique représentent des scènes de la manière dont la population civile vivait pendant ces moments difficiles et relatent de curieuses histoires, et bien souvent fascinantes, qui ont été transmises jusqu’à nos jours sur la façon dont les premiers colons britanniques de Gibraltar ont dû affronter la vie.

 

RESPECT DES LOIS ET MAINTIEN DE L’ORDRE

Sous les conditions du siège, le mélange de tension, d’ennui, de colère et d’alcool voulait dire que la discipline devait être très stricte afin que l’ordre soit préservé. L’une des formes les plus courantes de punition était la flagellation avec un fouet à neuf lanières. Un joueur de tambour du régiment, qui est devenu plus tard le Régiment des Fusiliers du Lancashire (The Lancashire Fusiliers), devint célèbre comme l’homme le plus fouetté de l’armée britannique. Pendant ses premières années ici, il aura reçu 30 000 coups de fouets, dont 4 000 en une seule année.

 

ALIMENTATION

Afin de conserver les réserves de farine, le Général Eliott empêchait ses soldats de se poudrer les cheveux et ce, pour montrer à tout le monde qu’il avait vécu pendant une semaine avec environ 100 grammes de riz par jour. Les prix élevés qui pouvaient être exigés même pour des petites quantités de nourriture et de mauvaise qualité poussaient les navires d’Afrique du Nord à faire de la contrebande de provisions et ce, malgré le fait d’être ennemis. Les civiles survivaient souvent avec un peu plus que de l’herbe, des algues et des oignons sauvages. Pendant le Grand Siège, un chou coûtait l’équivalent de deux jours et demi de salaire, tandis que la tête et les pieds d’un mouton coûtaient trois semaines de salaire ! EXODE Pour échapper au bombardement, les gens abandonnèrent peu à peu leurs maisons, jusqu’à ce que la population entière se soit installée au sud de la ville sous des tentes et cahutes délabrées fabriquées à partir de bois récupéré de leurs maisons en ruine. Ce campement, qui se trouvait entre la Caserne Sud (South Barracks) et la Montagne (the Mount) s’est d’abord appelé la Nouvelle Jérusalem (New Jerusalem) mais en raison des terribles conditions de vie, il est rapidement devenu connu sous le nom de « Ville Noire » (Black Town). Le Général Elliot a même déménagé son quartier général dans une tente au-dessus de la zone connue sous le nom de « Red Sands » (Sables Rouges).

 

CREUSER POUR LA VICTOIRE

La population assiégée manquait de légumes frais et d’agrumes, des sources importantes en Vitamine C. La carence en vitamine C causait le scorbut, maladie qui noircissait d’abord la peau, pouvant paralyser puis tuer. Pour combattre cette condition mortelle, qui a presque forcé la ville à se rendre, les soldats et les civils ont reçu l’ordre de cultiver autant que possible des aliments. Le Général Elliot a dû y porter un très vif intérêt car il était végétarien, chose presque exceptionnelle pour cette période.

 

MORT ET MALADIE

Pendant le siège, beaucoup de personnes qui suivaient un régime pauvre ont été confinés et entassées pendant de longues périodes dans des conditions insalubres. Il n’est guère surprenant que la variole, la fièvre jaune, la dysenterie et le scorbut aient prospéré. À la fin de la première année du Grand Siège, la variole avait à elle seule tué plus de 500 personnes, dont un taux de mortalité plus élevé chez les enfants. Bien qu’il y ait de nombreuses pertes militaires, il est clair que les maladies ont fait plus de morts que les boulets de canon.

 

Find us:

HORAIRES D’OUVERTURE

Lun-Dim
09:30 - 19:15

Découvrez autres attractions dans la région